La Trogne

 

Contact : 

la-trogne@orange.fr

 

______________________________

 

Indicateurs climato/météo

 

SeaLevelRiseBoulder

 

______________________________

 

 

Climat, mensonges et propagande

 

______________________________

 

Derniers articles

 

 

Les Anticyclones mobiles polaires (AMP)

 

El Ingenioso Hidalgo Laurent Fabius de la Francia

 

Climat de panique

 

La Recherche, du temps perdu

 

Le réchauffement médiatique assèche le lac Poyang

 

La fièvre du samedi soir

 

Back to the Future

 

L'Homme est-il responsable de la hausse de concentration atmosphérique en dioxyde de carbone   ?

 

From Russia With Love (sur le Climategate)

 

Préambule


______________________________

 

Photographie

 

Scan--2400-090-.jpg

 

______________________________

 

Alakshak

 

 


La Trogne

 


1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 11:00

 

L'Indien Rajendra Pachauri démissionne de son poste de directeur du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), qu'il aura occupé de 2002 à 2015, afin d'être à la disposition de la justice de son pays, suite à une accusation de harcèlement sexuel au sein de l'institut qu'il dirige.

 

L'affaire est sortie dans un journal indien il y a environ une semaine : une femme de 29 ans, employée de l'institut de recherche indien TERI, accuse son patron, le directeur général Rajendra Pachauri, de harcèlement sexuel via de nombreux SMS et autres courriels durant ces deux dernières années. M. Pachauri nie les faits, arguant que son téléphone et sa messagerie ont été piratés. Des contacts physiques forcés auraient aussi eu lieu. Le président du GIEC a démissionné hier, 24 février, afin d'être disponible pour la justice de son pays et de ne pas gêner les travaux de l'organisme onusien, qui « a besoin d'une direction forte, du temps et de l'attention pleine et entière de son président dans un avenir immédiat », ce qu'à l'évidence il ne pouvait plus fournir.

Les prochaines réunions préparatoires à la grande conférence sur le climat, qui se tiendra à Paris en fin d'année, devront donc se passer de lui, à commencer par celle qui débutera bientôt au Kenya.

La réputation de l'ex-président du GIEC était déjà ternie par nombre d'épisiodes peu glorieux. Cet ingénieur des chemins de fer et docteur en économie, que la presse française se plaît à présenter comme un climatologue, a maintes fois déontré qu'il n'était pas un fervent défenseur de la vérité et que la promotion de sa personne et de ses intérêts bien compris avait toute son attention.

 

Lire la suite...

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hacène AREZKI
commenter cet article

commentaires